text-header
Fenetrealu.com, le portail officiel de la menuiserie aluminium en France

LES AIDES DE L'ANAH

Qu'ils soient engagés par un propriétaire occupant ou un propriétaire bailleur, et à destination d'un immeuble collectif ou d'une maison individuelle, les travaux subventionnables par l'ANAH, d'un montant minimum de 1 500 euros HT*, doivent être réalisés par un professionnel (fourniture + installation). La liste des travaux recevables diffère en revanche selon le profil du bénéficiaire.

Remarque : Attention, par mesure de précaution, ne démarrez aucun travaux en amont de la validation de votre dossier !

 

  • Travaux subventionnables pour les propriétaires occupants

S'ils répondent aux conditions d'éligibilité des aides de l'ANAH, les propriétaires occupants peuvent bénéficier de subventions pour financer :

  •  des travaux de grande ampleur, au coût élevé, pour réhabiliter un logement indigne ou très dégradé ;
  •  des travaux d'amélioration de l'habitat, concernant :

- la sécurité et la salubrité de l'habitat,

- l'autonomie de la personne,

- la lutte contre la précarité énergétique

- les autres travaux (travaux d'amélioration visant à résoudre une situation avérée d'habitat dégradé, etc.)

 

  • Travaux subventionnables pour les propriétaires bailleurs

Concernant les propriétaires bailleurs, on distingue également les travaux "lourds" des travaux d'amélioration. Ces derniers peuvent engager :

  •  des travaux pour la sécurité et la salubrité de l’habitat,
  •  des travaux pour l’autonomie de la personne,
  •  des travaux pour réhabiliter un logement dégradé permettant de résoudre une situation de dégradation "moyenne", qui a été constatée sur la base d’un diagnostic réalisé par un professionnel à l’aide de la grille d’évaluation de la dégradation de l’habitat, 
  •  des travaux d'amélioration des performances énergétiques,
  •  des travaux réalisés à la suite d’une procédure RSD ou d’un contrôle de décence,
  •  des travaux de transformation d’usage d’un local.

 

 

*excepté pour les ménages aux ressources "très modestes"